facebook

ACTUALITES EN REGION

Succès de la mobilisation à Périgueux

Succès de la mobilisation à Périgueux

Environ quatre-vingt manifestants  s’étaient mobilisés pour...

15 novembre : Appel à rassemblement devant la préfecture de Dordogne

15 novembre : Appel à rassemblement devant la préfecture de Dordogne

 NOUVELLE ORGANISATION TERRITORIALE DES SERVICES PUBLICS   Dans le...

14 novembre : Rassemblement de soutien - AESH/AVS 47

14 novembre : Rassemblement de soutien - AESH/AVS 47

Une délégation du collectif AESH/AVS CGT Educ'action sera reçue...

8 novembre : Rassemblement devant la sous-préfecture de Langon - 33 -

8 novembre : Rassemblement devant la sous-préfecture de Langon - 33 -

Appel à soutenir le Syndicat CGT du Centre hospitalier Sud Gironde,...

9 novembre : Rassemblement devant le Tribunal d'Instance de Mont de Marsan

9 novembre : Rassemblement devant le Tribunal d'Instance de Mont de Marsan

Le vendredi 9 Novembre 2018, à 9heures, le Tribunal des Affaires de...

  • Rassemblement du 9 novembre devant le Tribunal des Affaires de Sécurité Sociale de Mont de Marsan

    Rassemblement du 9 novembre devant le Tribunal des Affaires de Sécurité Sociale de Mont de Marsan

  • Succès de la mobilisation à Périgueux

    Succès de la mobilisation à Périgueux

  • 15 novembre : Appel à rassemblement devant la préfecture de Dordogne

    15 novembre : Appel à rassemblement devant la préfecture de Dordogne

  • 14 novembre : Rassemblement de soutien - AESH/AVS 47

    14 novembre : Rassemblement de soutien - AESH/AVS 47

  • 8 novembre : Rassemblement devant la sous-préfecture de Langon - 33 -

    8 novembre : Rassemblement devant la sous-préfecture de Langon - 33 -

  • 9 novembre : Rassemblement devant le Tribunal d'Instance de Mont de Marsan

    9 novembre : Rassemblement devant le Tribunal d'Instance de Mont de Marsan

 
Lormont : des salariés de la polyclinique Bordeaux rive droite en grève
 
A La Une /Politique /Santé /
 
Publié le 27/06/2018 à 16h31 par Thomas Dusseau.
 
S'abonner à partir de 1€
 
 
 
 
Sud ouest - Une soixantaine de salariés de la polyclinique Bordeaux rive droite se sont rassemblés, ce mercredi, devant l'établissement médical.
Thomas dusseau
 
 
 
Ils ne se disent pas satisfaits des Négociations annuelles obligatoires et réclament des augmentation de salaire à la direction. 
 
 
 
Une soixantaine de salariés de la polyclinique Bordeaux rive droite se sont rassemblés, ce mercredi matin à 7 heures, devant l’établissement médical. Un débrayage lié aux Négociations annuelles obligatoires (NAO), "qui n’ont pas été satisfaisantes", explique Sandrine Freitas, la déléguée syndicale CGT de la polyclinique.
 
Alors que la direction a proposé une enveloppe de 110 000 euros, qui englobe notamment la création d’un poste d’aide-soignant et des augmentations de salaire seulement pour certaines catégories (infirmiers de bloc opératoire et agents administratifs), les salariés réclament une augmentation de salaire pour l’ensemble du personnel.
 
"Epuisés physiquement et moralement"
 
"Les salariés sont épuisés physiquement et moralement. Au regard de la flexibilité qu’on leur demande tout au long de l’année et des conditions de travail de plus en plus difficiles, nous demandons à la direction de faire un effort", explique Sylvie Pean-Cazaux, l’une des délégués du personnel. "On demande une reconnaissance par du salaire en plus des mesures annoncées", poursuit Aurélie Cohen-Salmon.
 
La direction, informée à 6 heures du matin qu’un mouvement social débuterait une heure plus tard, n’entend pas céder. Elle rappelle qu'un accord d’intéressement avait été signé début 2017, portant ses fruits en 2018. "Au global, toutes ces mesures représentent un montant de 380 000 euros", précise le directeur de l’établissement Marc Damestoy.
 
"Quand on a signé cet accord, on avait dit qu’il n’y aurait pas d’augmentation collective mais des augmentations catégorielles. C’était su depuis début 2017", explique Nathalie Piton, la DRH du groupe Bordeaux Nord Aquitaine, propriétaire de la polyclinique Bordeaux rive droite.
 
Alors que les négociations devaient, en principe, aboutir à la signature d’un accord entre la direction et le syndicat CGT avant le 1er juillet, la situation semble aujourd’hui au point mort. Les salariés n’excluent pas un nouveau débrayage d’ici la fin de la semaine. 
 
 
 

Aquitaine Informations

Aquitaine Informations

Octobre 2018