facebook

Communiqué de presse : Les salariés de TCI -TCB reconduisent la grève, déterminés à faire plier leur employeur!

Communiqué de presse
Les salariés de TCI -TCB reconduisent la grève, déterminés à faire plier leur employeur!
 
Bordeaux le 11 janvier 2018
 
Mesdames les rédactrices, Messieurs les rédacteurs,
 
Les salariés de TCI-TCB reconduisent la grève, déterminés à faire plier leur employeur!
 
Le capital se porte très bien par contre les salariés trinquent !
 
L’Union Départementale CGT et le Syndicat départemental de la FAPT, mobilisés depuis une semaine auprès des personnels de la société TCI-TCB du groupe TESSI, située au Haillan, dénoncent une nouvelle fois les stratégies patronales néfastes pour l’emploi, le social et l’économie.
 
Ce jour les salariés, mobilisés à plus de 90% ont reconduit la grève,
ils sont à leur 7ème jour.
Ils revendiquent :
  • une augmentation des salaires de 100 euros,
  • l’attribution de ticket restaurant,
  • la prime de participation aux bénéfices,
  • la reconnaissance de l’ancienneté avec la mise en place de grilles indiciaires avec évolution de carrière.
Face à la détermination des salariés, la direction a cédé sur les tickets restaurant et propose d’enlever la modulation du temps de travail, en revanche refuse toujours l’augmentation des salaires.
À savoir que les salariés n’ont pas connu d’augmentation depuis des années et sont payés au SMIC !
 
Pourtant, cette entreprise qui fait partie du groupe TESSI, est loin d’être en difficulté financière, le groupe a versé en 2017 plus de 67 millions d’euros de dividendes à ses actionnaires !
 
L’actionnaire principal étant Dentressangle qui détient plus de 70% des parts.
 
Le groupe TESSI implanté en France mais aussi en Asie, a parcellé son activité en plusieurs sociétés. Rien que sur Le Haillan, qui compte pas loin de 200 salariés, il existe trois sociétés :
- une, nommée BIP qui emploie près de 170 salariés, chargés de traiter les documents administratifs d’entreprises qui ont choisi de sous traiter cette activité.
Les deux autres étant, TCI-TCB qui emploient 30 salariés, qui sont en grève, eux s’occupent du traitement des chèques de banques bien connues qui ont décidé elles aussi de sous traiter cette activité comme :la Caisse d’épargne , le Crédit lyonnais, le Crédit agricole …
Malgré les plaintes récurrentes patronales, sur le soi-disant « coût du travail », au travers de cette lutte, encore une fois il est clairement démontré que c’est le coût du capital qui étrangle le travail et maltraite les salariés.
 
Contacts presse :
Gérard LAMARQUE (CGT FAPT)
Loïc NOTAIS (UD CGT 33)