facebook

Commerce Des milliers de postes menacés chez Carrefour

Commerce
 
Des milliers de postes menacés chez Carrefour
 
mardi 23 janvier 2018
Alexandre Bompard a annoncé le 23 janvier la teneur de son plan « Carrefour 2022 ». Dans un communiqué paru le jour même, la fédération commerce et services CGT en analyse chaque point pour dégager les — graves — conséquences qu’aura cette mesure sur l’emploi et les conditions de travail dans le groupe.
 
 
Le 23 janvier 2018, Alexandre Bompard, président-directeur général du groupe Carrefour, a annoncé les principales mesures de son plan « Carrefour 2022 » à la presse. Sont ainsi prévues :
 
la suppression de 2 400 emplois dans les sièges du groupe en France ;
la cession des 273 magasins Dia ;
la réduction des surfaces des hypermarchés ;
la cession de 500 millions d’euros d’actifs non stratégiques ;
la réduction des coûts de 2 milliards d’euros.
Comme l’explique la fédération commerce et services CGT, les 2 400 postes supprimés ne sont que la partie émergée de l’iceberg. En effet, les magasins Dia sont en difficulté, limitant leurs chances de reprise. Chacun d’entre eux employant entre 5 et 10 salariés en moyenne, ce sont donc entre 1 400 et plus de 2 000 postes supplémentaires qui sont menacés. La réduction des surfaces des hypermarchés va engendrer une baisse d’effectifs, ne serait-ce que par le non-remplacement des départs. Enfin, chaque point de réduction de coût représente un potentiel de 1 000 suppressions de postes supplémentaires, laissant plus que pessimiste au vu des 2 milliards d’euros de réduction visés par la direction.
 
Ces milliers de suppressions de postes (avec en ligne de mire le développement du marché numérique de l’enseigne) vont inexorablement dégrader les conditions de travail des salariés, pourtant déjà peu reluisantes, voire sources d’« extrême souffrance ».
 
Rappelant que Carrefour bénéficie chaque année de plus de 400 millions d’euros d’aides de l’État (CICE et exonérations de cotisations salariales), la CGT commerce et services en appelle à la responsabilité du gouvernement. Avec les salariés du groupe Carrefour, elle organise des actions depuis des mois pour contrecarrer ce plan Bompard mortifère