facebook

Une belle victoire pour la dignité humaine !

Communiqué de l'Union départementale CGT Gironde
 
 
Depuis un mois que la bourse du travail hébergeait des demandeurs d’asile évacuées des squats par la préfète, alors qu’elle affirmait que tous étaient en situation irrégulière, il s’est avéré lors des deux diagnostics sociaux que la majorité était des demandeurs d’asile ou en situation de vulnérabilité, ou avec des cartes de séjour et donc pouvait prétendre à des hébergements plus décents qu’ à la bourse du travail!
 
L'engagement militant de la CGT à tous les niveaux (confédération, UD, UL de Bordeaux centre, Syndicats), des associations notamment Ovale Citoyen, Médecin du monde, le SAMU SOCIAL, etc… a permis de mener la lutte et de faire plier l’intransigeante préfète !
Toutes et tous ont eu des solutions d’hébergement décent !
 
C'est la preuve que si les services de l’Etat avaient posé des diagnostics au préalable, ces femmes, ces enfants, ces hommes ne se seraient pas retrouvés à la rue !
 
Cependant, le combat continue. Les offres d’hébergement restent insuffisants, le 115, Médecin du monde en témoignent chaque jour,
Sans la solidarité, femmes, enfants, hommes n’auraient rien à manger ni de lieu pour se protéger !
Cette situation des sans abri concerne tout un pan de la population. On y trouve des étudiants, des travailleurs pauvres, des demandeurs d’emploi, des retraités, des migrants … !
 
Les grandes promesses du Président Macron dans son « plan Zéro SDF » n’a toujours pas vu le jour.
Il devient malheureusement de plus en plus courant de trouver un(e) salarié(e) qui dort dans sa voiture. Cela s’est produit il y a peu de temps pour une agente du CHU de Bordeaux.
 
Une misère qui s’aggrave du fait des politiques ultra libérales menées , des salaires trop bas, des minima sociaux toujours revu à la baisse , des pensions de retraite trop faible et l’impossibilité d’accéder à un logement ,au vu du prix de l’immobilier exponentiel sur notre département et particulièrement sur la métropole, du fait de la spéculation immobilière qui va bon train !
 
Mais une manne pour le patronat car pendant que la préfète fait la chasse aux squats, le patronat lui se remplit les poches en embauchant des migrants, sur lesquels l’exploitation est de mise : sous payés, sans droit, et évidemment qui ne revendiquent pas… Il suffit de regarder ce qui se passe dans le bâtiment, les grands chantiers, la restauration, dans le secteur agricole et vinicole, commerces et services etc…
C’est le cas notamment des coursiers à vélo secteur ou de nombreux jeunes migrants sont employés !
 
Nous avions des personnes qui ont trouvé refuge à la bourse du travail qui partaient le matin pour aller travailler et rentraient le soir après une journée de plus de 10H
 
L’hypocrisie des pouvoirs publics est à son comble, d’un coté c’est la chasse aux migrants et de l’autre ils ferment les yeux sur l’exploitation patronale !
 
Pour l’UD CGT la lutte ne fait que commencer, elle s’engage à continuer ce combat avec tout le mouvement associatif, Médecin du monde, etc…
 
C’est un combat humanitaire, pour la dignité humaine. Il serait trop long de décrire les situations dramatiques vécues tout au long de ce mois. C’est aussi une leçon d’humilité devant la force de résistance et de courage qui habitent ces personnes, ce sont des moments de partage.
 
C’est pourquoi notre lutte pour une société juste, solidaire, pour une autre répartition des richesses doit être élevée, et d’ores et déjà préparons partout une rentrée revendicative pour des mobilisations de haut niveau !
 
 
Bordeaux, le 9 août 2019