facebook

Plénières du 22 mars 2018

 

Plénières du 22 mars 2018

Depuis son arrivée au Palais de l’Elysée, Macron, le Président des milliardaires, applique à la lettre son programme en menant une politique toute au service du capital, l’accélère et l’approfondit pour le bonheur des puissants, le tout en précarisant les populations les plus en difficulté et les plus modestes.
Casse des services publics, du code du travail qui facilite les licenciements, réduction des APL, diminution des aides à la construction de logements sociaux, augmentation de la CSG, fin des contrats aidés si précieux pour le monde associatif…le tout pour répondre aux exigences du MEDEF et supprimer l’impôt sur la fortune, un cadeau de 3 milliards d’euros à mettre dans les petits souliers dorés des grandes fortunes de ce pays.
Pour 2018, la feuille de route du gouvernement Macron-Philippe est on ne peut plus claire : continuer de piétiner la justice sociale, l’égalité, la solidarité et la démocratie. La fin annoncée des départements regroupés dans des collectivités plus importantes éloignera encore plus la démocratie et les services publics de proximité (crèches, PMI, RMI, ASE...), la baisse des dotations aux villes continuera d’accentuer le mépris vis à vis des habitant-e-s de nos banlieues qui souffrent déjà de nombreuses difficultés économiques et sociales, les attaques contre les chômeurs seront sans précédent, la poursuite des citoyens solidaires des migrants continuera de s’amplifier, tout comme les guerres qui créent ces situations inhumaines (et favorisent les ventes d’armes) ... 
La colère sociale s’amplifie, les luttes s’organisent dans tous les secteurs : Hôpitaux, SNCF, EDF, Pénitentiaire, EHPAD, Commerce, Ecoles, Universités pour dénoncer ces régressions sociales.
En ce 22 mars, journée d’action pour la défense du service public, un temps de débat a été organisé sur les raisons de cette mobilisation. La délégation CGT du CESER a porté, à l’ensemble de l’hémicycle, les revendications du monde du travail, pour la défense du service public.
 

Lire déclaration CGT 

 
 
Avis sur la « Politique de la ville»
 
L’essence même des services publics est-elle une notion abstraite pour l’exécutif régional ?
Les crédits et moyens alloués à la politique de la ville vont-ils vraiment aux populations concernées, telles celles des territoires ruraux en souffrance et/ou des quartiers populaires défavorisés ? 
Cette politique spécifique peut-elle être efficace sans être accompagnée d’une politique d’aménagement du territoire globale et volontariste, généralisant l’accès pour tous à l’éducation, la culture, l’emploi, les transports… ?
Autant d’interrogations auxquelles les services publics peuvent répondre !
 
A l’heure où le gouvernement a décidé de nouvelles coupes sur le financement de la politique de la ville, des inquiétudes demeurent sur les budgets alloués à celle-ci.
 
L’avis du CESER pointe ces risques et c’est la raison pour laquelle, la délégation CGT l’a voté. 
 

Lire l’intervention de la CGT

Lire l’avis

 
 
Avis sur le «Syndicat mixte intermodal NA »
 
La loi Notre a transfère aux régions l’ensemble des compétences transports. La création de ce syndicat regroupe toute les AOT (autorités organisatrices de transports en région. Pour la CGT cela peut être une bonne chose à condition que cela soit motivé par l’objectif d’améliorer l’offre et les conditions de transports des usagers. C’est donc des critères de gestions de services publics  et de coopérations qui devront guider les choix su SMINA. La cgt sera vigilante sur ce point. La CGT a voté l’avis. 
 

Lire l’intervention de la CGT

Lire l’avis

 
 
Avis sur Plan investissement compétences
 
Ce dispositif est la déclinaison régionale de la stratégie gouvernementale d’adaptions de la formation professionnelle aux besoins des entreprises. Elle privilégie « la compétence » à la qualification, sa reconnaissance. Alors qu’il conviendrait  de traiter les sujets de fonds (revalorisation de métiers, reconnaissance du travail, renforcement de la formation qualifiante), ces dispositifs s’inscrivent dans une logique adequationniste aux besoins des employeurs, et renvoie les salariés, les privés  d’emploi a leur seule responsabilité en matière « d’employabilité ». L’avis reprend une bonne part des analyses CGT.
 

Lire la déclaration groupe CGT 

 
 
Avis sur  SRESRI
Ce schéma vise à déterminer une stratégie régionale en coordonnant l’ensemble des acteurs de l’université et de la recherche. L’état  détient  pour l’essentiel la compétence en matière.  Le ceser a porté un regard très critique sur ce schéma, qui ne traduit pas d’objectifs concrets forts au regard des grands enjeux posés à l’enseignement supérieur et la recherche : poussée de la démographie étudiante, amélioration de la « condition étudiante » pour la réussite des jeunes, élever le niveau d’investissement dans la R&D….
 

Lire la déclaration CGT

 
 
 

Aquitaine Informations

Aquitaine Informations

Avril 2019